Tandem définitivement inséparable, sans cesse en mouvement, la curiosité ouverte à tous les vents. Reflet de deux personnalités à la fois bâtisseuses et adaptables. Tout en cherchant à ressourcer leurs disques par les racines maliennes, ils imposent à chaque fois un grand brassage qui dynamite les genres. Une trajectoire unique qui les a conduites devant Barack Obama, sur la scène du mastodonte absolu des festivals (Coachella), à se produire en ouverture de la Coupe du Monde de football en Afrique du Sud et, même, à imaginer une série de concerts dans la pénombre la plus totale (Éclipses). Expériences évidemment non exhaustives. «On a de la chance, on a vu le monde entier». Cette phrase significative d’Amadou, non dénuée d’auto-dérision, résume parfaitement l’aura fédératrice du duo. Celui-ci n’en finit plus de multiplier les dates. Des tournées conséquentes expliquant d’une certaine manière l’espace-temps assez conséquent entre les livraisons discographiques. 

Chaque album d’Amadou et Mariam est souvent l’aboutissement d’une ou plusieurs rencontres à la fois déterminantes et précieuses. Autour d’eux, sont déjà entrés dans la danse Manu Chao, Damon Albarn, – M – , Santigold, Tiken Jah Fakoly, Keziah Jones, Akon, TV On The Radio… Là encore, on pourrait rallonger la liste. Une collision festive d’artistes aux aspirations hétérogènes mais unis par une passion sans frontières. 

Ce qu’il faut pour mettre le feu sur le dance floor tient parfois en un morceau. Bofou Safou, chanson impulsant l’album La Confusion et point de chute implacable pour l’été, n’a pas eu besoin de réclamer ses droits pour s’y inviter. Elle s’est immédiatement incrustée dans les synapses de l’afro beat : hédoniste, jubilatoire, dont la section rythmique tend du côté de la house de Chicago et provoque l’envie imparable de se déhancher jusqu’aux premières heures du jour.   

Pour plus d’infos, visitez leur site Internet.

Amadou & Mariam vous attendent le samedi 4 septembre au CHANCE Festival !